HN Août

Comme promis, je vous retrouve en début de chaque mois pour mettre un peu de soleil dans votre quotidien, et quelques sourires, si j’ose dire ! Cet été, nous sommes plutôt choyés avec les beaux jours. J’espère que vous êtes en pleine forme et que vous rayonnez de joie. Pour ma part, je dois bien dire que j’essaye de garder le sourire, malgré les événements qui se gâtent côté promotion depuis la sortie de mon nouveau roman.

De la résistance et du lâcher-prise…

La semaine dernière, je vous ai envoyé un mail pour vous encourager à m’aider dans cette démarche d’auto-édition en ces conditions sanitaires inédites. Je restais positive et déployais une série de publications sur Facebook que je nommais “ les mercredis promo ”. Je dois dire que je suis assez satisfaite du résultat pour le moment. Le livre gagne de nouveaux lecteurs, mais cela reste malgré tout très mitigé. De plus, je viens d’apprendre l’annulation du Salon du livre de Vannes sur lequel j’avais fondé tous mes espoirs pour voir enfin ce livre sortir de l’ombre… Il avait déjà été reporté, pour être finalement annulé. Je ne comprends pas pourquoi il y a autant de résistance !

Je ne sais comment évolue le contexte sanitaire chez vous, mais chez moi dans le Morbihan, les cas de personnes infectées explosent dû au tourisme. Malgré tout, je reste persuadée que chaque situation est juste, quoi qu’il arrive. Que si tel événement n’a pas lieu, c’est que cela n’était pas le bon moment. Je me dis parfois que cela serait plus simple de laisser mon livre vivre sa petite vie de livre et advienne que pourra ! Pourtant, je continue à m’accrocher et à déployer le peu d’énergie disponible pour ce mois d’août (plutôt que de me reposer…) Je ne suis pas encore prête à lâcher-prise ! C’est un travail quotidien 🙂

En parlant de travail, je vous ai réservé quelques surprises !Rappelez-vous le mois précédent, je vous proposais de tester des exercices du cahier d’activités qui je souhaite rédiger une fois la trilogie de La voix qui ne ment jamais achevée. Ce manuel sera un condensé des apprentissages de Victoire, l’héroïne principale du roman. Alors prêts pour une introspection imminente ?

Tous cobayes !

Il ne s’agit pas de goûter mes derniers essais culinaires, qui toutefois pourraient réjouir vos papilles, mais bien de vous faire tester quelques outils pour apprendre à mieux vous connaître !Je vais donc vous présenter deux thèmes en relation avec chaque tome de ma trilogie déjà publié.

Le premier exercice concerne les croyances limitantes qui nous empêchent bien souvent de mener à terme un projet, un rêve ou une tranche de notre vie. Dans le tome 1, dès le début du livre, Victoire joue carte sur table. Elle met en évidence toutes les croyances limitantes qu’elle a pu avoir à son égard ou qui ont été émises par ses proches. Ces croyances, qui sont le plus souvent des affirmations négatives, agissent comme de la magie noire. Elles nous enferment dans des cases et nous privent de liberté de grandir, de changer et de nous épanouir dans un domaine hors zone de confort.

L’année dernière à cette même période, j’ai eu l’incroyable chance de suivre un programme de développement personnel d’un mois qu’offrait une amie hypnothérapeute. Pascaline Nogrette, qui mérite d’être citée ( allez vite faire un tour sur son site !), nous partageait au quotidien une série d’exercices en lien avec la connaissance de soi par divers outils. J’ai alors réalisé que je continuais à alimenter de nombreuses croyances à mon égard et qu’elles m’immobilisaient dans certains projets. Mettre mes croyances limitantes à plat et chercher à les reformuler en phrases positives m’a donné la force et le courage de publier mon premier roman. Cet accompagnement a été décisif. C’est pourquoi la présence de cet exercice dans le cahier d’activités prend tout son sens à mes yeux. De plus, il me semble essentiel quand on entreprend une démarche d’introspection. Il m’a été proposé en trois temps :

1) Identifiez une situation qui a du mal à se concrétiser, un projet ou un rêve que vous souhaitez voir aboutir dans tous les domaines de votre vie : personnel, professionnel, relationnel et amoureux.
2) Quelles sont les croyances limitantes quant à ces projets et d’où viennent-elles ? (de nos parents, nos éducateurs, nos amis, de nos proches, connaissances ou de nous-mêmes). Quelques exemples parlant : “ Je suis trop grosse pour plaire à quelqu’un ” / “ Je n’ai pas assez d’argent pour faire ceci ou cela”. “Je suis trop timide pour parler en public…”
3) Faire l’avocat du diable ou “ démonter ces croyances ” comme le disait si bien Pascaline. Il s’agit ici de plaider l’inverse de ce que nous pensons de nous en trouvant des contre-exemples de situations pour lesquels cela a marché pour d’autres. Pour revenir à nos exemples, peut-être connaissez-vous quelqu’un qui est en surpoids et qui est épanoui dans une vie amoureuse. Ou qui n’a pas beaucoup d’argent, mais qui a réussi à aller au bout de son projet en déployant d’autres ressources.

Je vous invite donc à prendre une feuille de papier ou votre journal d’introspection si vous en tenez un. Numérotez chacune de vos croyances. Vous allez être surpris par la quantité de croyances qui vont émerger sur votre page.

Maintenant, pour reprendre un thème abordé dans mon nouveau roman, je vous propose le jeu de l’ombre et de la lumière.

Rappelez-vous que tout est équilibre. Sans ombre, il ne peut y avoir de lumière. Il suffit de regarder le cycle du jour et de la nuit. De même, sans l’obscurité, nous ne pourrions pas apercevoir les étoiles briller. Nous portons donc en nous cette ambivalence. Nous avons beaucoup de lumière en nous, mais aussi de nombreuses parts d’ombres que nous n’aimons pas révéler au grand jour. Nous pouvons briller à notre manière sans faire de l’ombre aux autres ou passer du côté obscur de la force… Nous sommes responsables de faire entrer cette lumière en nous et inversement. Nous avons le choix de diffuser un joli rayon lumineux ou de jeter une boule noire à notre voisin. Il suffit de regarder comme un sourire est contagieux et, à l’inverse, comment une insulte peut en entraîner une autre. Nos pensées, nos paroles et nos gestes forment un château de cartes qui peut s’effondrer à tout moment. C’est équilibre est fragile. Il suffit d’une carte rebelle pour que le château s’écroule. Il ne faut donc négliger aucune carte, aucune part d’ombre. Tout pèse dans votre balance !

Alors, comment identifier ces parties en nous qui peuvent le plus souvent s’exprimer de manière inconsciente ? C’est tout l’enjeu de l’introspection ! Être le plus honnête avec soi-même et s’observer le plus possible pour se corriger.

L’idée est de prendre conscience des parts d’ombres que nous portons en nous et qui nous empêchent de rayonner et de nous sentir pleinement heureux. Cela peut-être un comportement envers quelqu’un, une fâcheuse tendance à réagir ou à sur-réagir à une situation, des critiques émises à l’égard d’une personne, ou encore pire, une facette de notre personnalité que nous cherchons à cacher aux autres pour apparaître tels que nous ne sommes pas ( de parfaits saints ! ) Nous allons donc encore approfondir la connaissance de nous-mêmes en devenant notre propre jury.

C’est ce que fait Victoire, dans le tome 2, qui se retrouve confrontée à des angoisses de revivre un événement indésirable. Elle réalise que ses peurs ont repris le dessus. Ainsi, elle tentera en vain de retrouver la confiance et la foi en sa guérison et de renouer avec sa propre lumière. Le lecteur la suit dans ce parcours du combattant !

À vous de jouer !Je vous préviens, votre égo va vous tendre certains pièges. Il n’est pas toujours évident d’admettre que nous avons eu tort ou mal agi, même de manière non intentionnelle. D’ailleurs, les bouddhistes voient plutôt cet exercice comme une opportunité de s’améliorer, ce qui est très encourageant. Alors êtes-vous prêts à sortir vos gros projecteurs pour mettre en lumière vos zones d’ombres ?Nous allons donc procéder à un inventaire minutieux et rapide de nos parts d’ombre et de lumière au quotidien. Le plus simple serait de tenir un journal le soir avant de vous endormir et de coucher sur le papier les pensées, les paroles, les actions et les réactions que vous pensez non adaptées, “ mauvaises ” (l’idée n’est pas de vous juger, ni de vous culpabiliser bien entendu) et que vous regrettez peut-être.Ensuite, listez les bonnes actions, paroles ou pensées du jour.Vous pouvez le représenter sous forme de tableau et constater quelle partie vous remplissez le plus, par exemple.Au fil des jours, vérifiez si la liste des “ bonnes “ attitudes s’allonge et celle des “ mauvaises “ diminue.En fin de page, vous pouvez aussi poser des intentions de vous améliorer dans les jours à venir.Faites ce qui vous semble le plus juste pour vous. Vous pouvez l’essayer sur une semaine et dresser déjà un premier bilan pour voir si cet exercice vous apporte une amélioration dans votre quotidien et une compréhension de vos mécanismes de comportements.

Les cinq blessures qui empêchent d’être soi-même

Pour aller plus loin, je vous conseille le livre de Lise Bourbeau :Les 5 blessures qui nous empêchent d’être soi-même. C’est un outil qui m’a personnellement beaucoup apporté et qui a posé des mots sur mes maux ! J’ai pu identifier que certaines blessures de mon enfance avaient inconsciemment ancré des schémas en moi dans mes relations aux autres. L’auteur y parle de masques que nous portons pour éviter de revivre ces blessures. Ces masques sont la plupart du temps mis de façon inconsciente et c’est pour cela qu’ils ne sont pas évidents à repérer. Tout comme le jeu de l’ombre et de la lumière, l’égo tentera sûrement de s’immiscer dans votre lecture. Je préfère vous avertir d’avance. J’ai été très surprise de constater de nombreux commentaires injurieux envers l’auteur et ce livre, qualifié de dangereux et de non recommandable. On ne peut pas plaire à tout le monde, c’est certain ! Cependant, je dis toujours que le principal est de piocher ce qui vous parle et ce qui résonne en vous. Le reste, n’en faites pas une affaire personnelle ( merci aux 4 accords toltèques pour ce merveilleux mantra ! ). C’est en écoutant la voix de votre cœur que vous serez guidé vers la lumière…

De l’ombre à la lumière en rime !

Voici un dernier exercice, de style cette fois-ci. Rien à faire de votre côté, sinon à éteindre l’interrupteur de votre mental et de vous laissez emporter par ma plume poétique. Ralentissez, prenez une profonde respiration entre chaque ligne et dégustez cet instant de créativité qui m’est offert de temps à autre…

D’ombre et de lumière

Je suis faite d’ombre et de lumière
J’aime briller, attirer et plaire.
Parfois je sombre, en un éclair,
Tombent mes masques, je suis à terre,
À la frontière de mes repères.

Je suis vulnérable
Alors que je voudrais être invincible.
Je suis ingérable
Alors que je me montre docile.

Je me contiens, je me retiens.
Qu’en savent les miens,Je ne dis rien.
Je me maîtrise, en apparence,
Au fond je crise, nue, sans défense.
Le lâcher prise, mes rêves d’enfance,
Manquent à ma vie, j’en ai conscience.

Avoir confiance en moi,
Faire confiance à la vie.
Avoir confiance en cette voix,
Qui me ramène à qui je suis.

Happy end !

Je vais vous quitter sur cette note de légèreté et de sérénité qui me sont offertes à la relecture de ce poème écrit en un éclair, après discussion avec une personne chère à mon cœur.Continuez à rayonner et à garder votre sourire. Ne pestez pas trop si la liste des zones d’ombres ne diminue pas. Cela demande du temps, patience et persévérance. C’est le travail d’une vie même pour certains ! Je vous retrouve début septembre !

Prenez soin de vous,
Namasté,
signature lisaya avec fond et noires